Iron Man 2

147 votes

Affiche Teaser Iron Man 2

C'est la première version de l'affiche.

2ème Affiche

Voici la deuxième affiche de Iron Man 2. On y voit Iron Man et son accolyte James "Rhodey" Rhodes !

3ème Affiche

Cet affiche représente le méchant qu'affrontera Iron Man et ses amis.

Affiche Officielle

Voilà tous les protagonistes réunis sur cette superbe affiche.

Whiplash - le méchant.

Whiplash est le méchant de l'histoire. L'anti-héros par excellence.

Il est incarné par Mickey Rourke.

James "Rhodey" Rhodes - Le meilleur ami d'Iron Man

James "Rhodey" Rhodes est le meilleur ami d'Iron Man depuis son enfance.

Ce personnage est incarné par Don Cheadle.

Iron Man dans son laboratoire

Iron Man travaille dans son laboratoire.

Il est incarné par Robert Downey Jr.

Natasha Romanoff

Natasha Romanoff est une assistante travaillant pour l'entreprise Stark. Mais c'est aussi La Veuve Noire...

Elle est incarnée par Scarlett Johansson.

Pepper Potts

Pepper Potts est l'assistante de Tony Stark. Mais aussi son amie. Elle l'assiste toujours dans les coups dur.

Elle est incarnée par Gwyneth Paltrow.

Jon Favreau - Le réalisateur

Jon Favreau donne des consignes à ces acteurs - Ici - Robert Downey Jr et Don Cheadle.

Affiche - Pepper Potts

Une affiche mettant en scène Pepper Potts l'amie et l'assistante de Tony Stark (Iron Man)

Affiche - La veuve Noire

Affiche mettant en scène la veuve noir (Black Widow)

Jon Favreau et Robert Downey, Jr

Iron Man a fait sa première apparition en avril 1963, dans un fascicule de Tales of Suspenses. Après des années de succès, ce héros fétiche des Marvel Comics explose à l’écran le 2 mai 2008 : lors de son premier week-end, IRON MAN rapporte 98, 6 millions de dollars. Il engrangera plus de 572 millions sur le marché mondial après avoir séduit les critiques autant que le public, et décroché de nombreux prix et distinctions, dont deux citations à l’Oscar. De l’écrit au cinéma, Iron Man est devenu une icône de la culture «mainstream».

«Nous entendons rester fidèles à nos héros», déclare Kevin Feige, président des Studios Marvel et producteur d’IRON MAN 2, «mais nous ne craignons pas de prendre certains risques avec eux. Nos histoires et nos personnages sont tellement forts que nous pouvons nous le permettre. Faire d’un playboy milliardaire un superhéros, un sauveur de la planète et du genre humain, n’était pas dans l’air du temps en 1962, et ne correspondait pas plus aux attentes du public actuel. Il a fallu prendre en compte ces facteurs, et les réactions des fans au film et à son héros nous ont comblés.»

«J’avais envie de créer un superhéros hors-norme», explique Stan Lee, «père» d’Iron Man et producteur exécutif du film. «Tony Stark est un personnage glamour, viril, qui jouit d’un immense succès, mais a aussi un côté fragile. Aucun de mes héros de comics n’a jamais eu un tel impact auprès de nos lectrices. Les femmes ont réagi à Tony Stark comme les spectatrices d’aujourd’hui face à l’interprétation si sensible, si nuancée, de Robert Downey, Jr. Les gens de tous âges ont apprécié l’humanité du personnage.»

Kevin Feige :

«Le plus beau compliment nous a été adressé par des personnes qui ne sont généralement pas réceptives à ce genre de film : «Je vais rarement voir les adaptations de comics, mais j’ai adoré IRON MAN», nous disaient-elles. Tous les personnages populaires de l’univers Marvel ont vocation à devenir des héros de cinéma et d’inspirer des franchises. À nous de leur assurer une transition harmonieuse. Nous sommes ravis du succès d’IRON MAN. Il montre que nous avons su rendre ce personnage intéressant en toutes circonstances, et charismatique de bout en bout grâce au travail de Robert Downey, Jr. et du réalisateur Jon Favreau.»

Ce succès mondial fut une surprise pour tous les créateurs et interprètes du premier film.
Jon Favreau 

«Nous avons eu quelques pressentiments durant la tournée promotionnelle et au vu des réactions critiques. Mais c’est seulement au cours du premier week-end, en faisant le tour des salles, que nous avons mesuré l’ampleur du phénomène. C’était extrêmement gratifiant de voir Robert s’imposer dans un rôle aussi inattendu et en ressortir plus grand acteur que jamais. C’est une vraie «success story», étrangement parallèle à celle de Tony Stark. Lorsque l’art et la vie se rejoignent ainsi, le résultat tient parfois du prodige.»

Gwyneth Paltrow :

«J’avais décidé de faire IRON MAN parce que j’ai toujours voulu travailler avec Robert et que j’adore Jon Favreau. Ce tournage a été une expérience merveilleuse. Le résultat, les réactions du public et des fans m’ont d’autant plus emballée que je tourne rarement dans de grands films d’action.»

Robert Downey, Jr. :

«Je pense que c’est la tonalité du film qui a plu. Les gens ont senti que nous prenions le sujet au sérieux… sans nous prendre nous-mêmes trop au sérieux. À l’époque des premiers essais, je sentais déjà qu’il me faudrait mettre l’accent sur le stoïcisme et la bravoure de Tony, mais sans négliger pour autant la dimension humoristique.»

Robert Downey, Jr.

Robert Downey, Jr. a obtenu cette année le Golden Globe du meilleur acteur dans le rôle-titre de SHERLOCK HOLMES de Guy Ritchie après avoir décroché en 2009 sa deuxième citation à l’Oscar dans la comédie d’action de Ben Stiller TONNERRE SOUS LES TROPIQUES.

Le rôle de Kirk Lazarus, acteur australien déjanté grimé en star black, lui a aussi valu d’être cité au Golden Globe, au British Academy Award et au Screen Actors Guild Award. À l’été 2008, Downey connu un des plus beaux succès critiques et publics de sa carrière dans le rôle titre du blockbuster de Jon Favreau IRON MAN, qui rapporta plus de 585 millions de dollars sur l’ensemble des marchés.

Outre IRON MAN 2, on le verra cette année dans la comédie de Todd Phillips DUE DATE, dont la sortie est annoncée pour l’automne.
Outre les récompenses précitées, Downey a reçu le British Academy Award et une citation à l’Oscar dans le rôle-titre du CHAPLIN de Richard Attenborough, le Golden Globe, le Screen Actors Guild Award et une citation à l’Emmy pour ses débuts en prime time dans la série culte «Ally McBeal», une citation au SAG Award, décernée à l’ensemble des interprètes de GOOD NIGHT, AND GOOD LUCK, un Prix spécial du Jury du Festival de Sundance (également attribué à titre collectif) pour A GUIDE TO RECOGNIZING YOUR SAINTS.

En trente ans de carrière, Downey a travaillé avec certains des meilleurs réalisateurs actuels, de Robert Altman (SHORT CUTS, THE GINBERGBREAD MAN) à David Fincher (ZODIAC), en passant par Oliver Stone (TUEURS NÉS), Neil Jordan (PRÉ- MONITIONS), Mike Figgis (POUR UNE NUIT…), Curtis Hanson (WONDER BOYS), George Clooney (GOOD NIGHT, AND GOOD LUCK), Richard Linklater (A SCANNER DARKLY), Steven Soderbergh (EROS), Steven Shainberg (FUR). Fils du scénariste et réalisateur indépendant Robert Downey (PUTNEY SWOPE, UP THE ACADEMY, LE PARADIS DU MEXICAIN) et de la chanteuse/comédienne Elsie Downey, Robert Downey, Jr. tourne pour son père dès l’âge de cinq ans. Abandonnant le lycée pour passer professionnel, il tient en 1983 un petit rôle dans BABY, IT’S YOU de John Sayles, puis enchaîne une série de comédies à succès, dont UNE CRÉATURE DE RÊVE, avant de rejoindre en 1985 l’équipe de l’émission satirique «Saturday Night Live». Alternant avec brio les emplois comiques et dramatiques, Downey interprète, aux côtés de George C. Scott, le fils de Mussolini dans la mini-série MUSSOLINI : THE UNTOLD STORY avant d’apparaître en vedette dans NEIGE SUR BEVERLY HILLS (d’après le roman culte de Bret Easton Ellis «Less Than Zero»), THE PICK-UP ARTIST de James Toback, avec Molly Ringwald, COUPABLE RESSEMBLANCE de Joseph Ruben, avec James Woods, LE CIEL S’EST TROMPE d’Emile Ardolino, avec Cybill Shepherd, AIR AMERICA de Roger Spottiswoode, avec Mel Gibson, SHORT CUTS de Robert Altman (pour lequel il partagera avec ses camarades un Golden Globe collectif), TUEURS NÉS d’Oliver Stone (dans le rôle du reporter vedette Wayne Gale), ONLY YOU de Norman Jewison, avec Marisa Tomei, UN WEEK-END EN FAMILLE de Jodie Foster (dans le rôle du frère gay d’Holly Hunter), LE DON DU ROI de Michael Hoffman, RICHARD III de Richard Loncraine, avec Ian McKellen, POUR UNE NUIT… de Mike Figgis, avec Wesley Snipes et Nastassja Kinski, THE GINGERBREAD MAN de Robert Altman, avec Kenneth Branagh, TWO GIRLS AND A GUY et BLACK AND WHITE de James Toback, PRÉMONITIONS de Neil Jordan, avec Annette Bening, WONDER BOYS de Curtis Hanson, avec Michael Douglas, THE SINGING DETECTIVE, d’après la série BBC de Dennis Potter, avec Adrien Brody, Katie Holmes et Robin Wright Penn, GOTHIKA, avec Halle Berry et Penélope Cruz, le thriller/comédie d’action SHANE BLACK’S KISS KISS, BANG BANG, avec Val Kilmer, GOOD NIGHT, AND GOOD LUCK de George Clooney, FUR – UN PORTRAIT IMAGINAIRE DE DIANE ARBUS, avec Nicole Kidman, LE SOLISTE de Joe Wright, avec Jamie Foxx.

Downey a sorti en 2004 son premier album : «The Futurist » regroupant huit chansons originales sous le label Sony Classics.

Note ce programme

Aucun Commentaire

Valider