Toupou

10651 votes

Pellicule

Pellicule est un cadeau de Môman à Schubert Schoups et on la reconnaît bien là. Sa vision de l’univers se limite au diamètre de son entonnoir qu’il porte au cou pour l’empêcher de se gratter et de grignoter son pelage galeux. D’ailleurs il en rongerait bien un peu parce qu’avec sa maigre pitance de croquettes, il a toujours faim. Cet animal stupide, morveux et bavant ADORE Schubert et se jette sur lui à chaque fois qu’il le peut, pour le lui prouver, en lui collant un gros bisou mouillé en pleine figure.

Schubert Schoups

Ancien responsable en chef du service des archives du quatrième sous-sol de la mairie, Schubert Schoups travaillait dans les entrailles humides de l’Hôtel de Ville qui, il faut bien le dire, sentaient le moisi. Son obsession pour l’ordre (un vrai TOC), lui a valu une promotion. Aujourd’hui, il a l’immense honneur de diriger le symbole même de la ville de New York : Central Park. Il s’acquitte de sa tâche avec la précision d’une horloge.

 

Chaque feuille à sa place, toutes les brindilles au garde-à-vous, vol de pigeons en formation. Schubert est enchanté de ses nouvelles fonctions et fait tout ce qui est en son pouvoir pour conserver son poste. Il a bien mérité d’être enfin le maître de son univers.

 

Schoups est toujours d’une humeur exécrable. Heureusement il est trop ridicule pour être vraiment dangereux et bien qu’il pose certains problèmes à Norton et à Toupou, Schoups n’est pas réellement terrorisant.

 

Schubert vit à la lisière du parc, avec sa tendre Môman Schoups et leur chien, Pellicule.

Madame Milborn

Vieille dame douce et un peu gaga, Mme Milborn fait partie de la pléiade de personnel employé pour s’assurer que Norton effectue rigoureusement tout ce qui a été prévu à son intention dans son programme quotidien. C’est le chauffeur de Norton. En fait Mme Milborn ne devrait probablement plus conduire, mais personne ne s’en est encore rendu compte. Il faut la voir au volant ! Elle traverse la ville à la vitesse de l’éclair (ce qui n’est pas si difficile quand on brûle tous les feux rouges.) Norton n’est pas vraiment fan de la conduite de Mme Milborn, mais il aime bien cette femme excentrique, même si elle a parfois une case en moins. Et comme elle est vaguement sénile, Norton en profite pour échapper à son attention et rejoindre Toupou tous les jours après l’école.

Mme Milborn a un petit faible pour les hommes plus jeunes qu’elle (et quand on a 70 ans, ce n’est pas ça qui manque), ce qui fait de Schubert Schoups la cible parfaite de ses sourires enjôleurs et ses œillades coquines.

Malcolm

À vingt et un ans, Malcolm est l’un des plus jeunes collaborateurs du Maire. Sur le papier il est l’assistant de l’assistant du secrétaire du Maire. Mais peu importe. Le Maire apprécie sa compagnie et estime que ce gamin a un énorme potentiel. C’est évident que Malcolm ira loin : il est intelligent, séduisant, cool et il faisait partie de l’équipe de triathlon au lycée. C’est un de ces êtres totalement charmants que tout le monde adore. Norton souhaite presque que Malcolm soit un peu plus nul pour qu’il puisse le haïr un poil. Mais c’est impossible car Malcolm est toujours sympa avec lui. Il remplit le vide créé par l’absence de son père, enfin presque complètement. Il a toujours les mots qu’il faut, au moment précis où Malcolm a besoin de les entendre. Un vrai grand frère adoptif, quoi.

Môman Schoups

Môman Schoups a une longue vie derrière elle, certains disent même trop longue. Ça fait quarante ans qu’elle terrifie son fils, et elle espère bien continuer sur le même registre pour les quarante ans à venir.

 

Si Alfred Hitchcock était vivant, il en ferait une star. Môman Schoups est si méchante et si ténébreuse qu’on ne voit jamais que sa silhouette noire et menaçante. Elle terrorise son fils. Rien qu’à entendre les grincements de son fauteuil roulant, il en a la sueur au front. Elle le sait, bien sûr et ne se déplace jamais sans une bouteille de rouille, pour que ses roues crissent toujours.

 

Si elle le surprenait à ribouler des yeux quand elle lui parle (et il ne s’en prive pas), elle… Ah, c’est trop horrible à imaginer !

Le Maire Borden

Le père de Norton est le Maire de New York. Il est grand et costaud, a une personnalité écrasante et une bouche pleine de dents blanches et éclatantes. Il égrène volontiers les lieux communs et les maximes éculées, du genre : « Mieux vaut tard que jamais » ou « C’est en forgeant que l’on devient forgeron. » C’est un père génial, sauf qu’il est un peu occupé en ce moment. En fait depuis que Norton est né, il a toujours été très occupé. Norton ne s’en soucie pas trop, mais, quand même, ce serait sympa si son père savait quel âge il a (« Tu as onze ans ? Depuis quand ? ») Pourtant le Maire chérit Norton comme la prunelle de ses yeux et souhaiterait vraiment être plus proche de son fils. Hélas, s’il s’adresse sans aucun problème à ses douze millions de concitoyens fidèles, il ne sait pas bien parler à son fils.

Crapule

Crapule est une jeune femelle écureuil, rousse, aux yeux fous et à la queue en panache. Jusqu’à l’arrivée de Norton, Crapule était la meilleure amie de Toupou. Ce qui explique peut-être l’attitude un peu revêche qu’elle adopte en face de ce nouveau venu. Heureusement, elle a le pouvoir de concentration d’un… eh bien d’un écureuil. C’est une pile électrique qui ne tient jamais en place et ne peut fixer son attention plus d’une minute. Elle est aussi plutôt maladroite, mais heureusement elle a plus de vies qu’un chat. Crapule n’est pas tout à fait claire sur son identité d’écureuil. En dépit des excentricités et autres bizarreries de Crapule, Toupou craque devant cette petite boule de poils, ce qui explique pourquoi l’une ne va jamais sans l’autre et que Crapule la suive à la trace.

Norton

Norton est un petit garçon de onze ans. Il règle tout comme une horloge. Fils du maire, il ne le voit quasiment jamais et déteste tous ce qui est attrait aux mondanités, aux fêtes, aux protocoles... Ce qu'il aime, c'est écrire et penser.

Un jour il va faire la rencontre de Toupou, une fille sauvage. Et c'est à ce moment là que sa vie va complètement changer !

Toupou

Toupou se balance dans les arbres, grimpe, vive comme l’éclair et court à la vitesse du vent. Tour à tour discrète comme une souris ou d’une terrible férocité (on ne grandit pas dans le voisinage des tigres sans apprendre une chose ou deux), elle sait parler les langues de presque tous les oiseaux, animaux et insectes qui peuplent le parc.

 

Elle s’est appris elle-même à parler la langue des humains, en prêtant attention à la cacophonie des voix qu’elle entend tous les jours. Elle sait même un peu lire, parce qu’elle s’est exercée sur les vieux journaux, emballages divers, panneaux de signalisation et même quelques rares bandes dessinées oubliées dans le parc.

 

C’est une vraie sauvageonne, débordante d’énergie, d’une imagination et d’une curiosité insatiables, et espiègle, comme tous les enfants.

 

En plus, elle a une chevelure magnifique.

Note ce programme

Aucun Commentaire

Valider