()

28/07/2010

Le nénuphar

Le nénuphar

C’est une plante aquatique qu’on voit sur de nombreux tableaux. On la croise souvent dans les jardins chinois. Sa fleur, comme posée sur la grande feuille vert foncé qui l’accompagne, se reflète sur l’eau.

Au cœur des eaux dormantes, des lacs ou des bras morts des rivières, à partir d’une souche solide attachée dans le fond, la plante peut atteindre deux mètres de haut. En haut d’une longue tige, on trouve une grande feuille, pleine, qui est souvent en forme de cœur. Cette feuille est robuste.

La fleur du nénuphar est composée d’un calice (qui protège le reste de la fleur) de quatre sépales (sortes de petites feuilles plus sombres qui composent ce calice), et d’une bonne quarantaine de pétales.

Les étamines sont égale­ment très nombreuses et pourvues d’anthères jaunes ; les filets des étamines internes sont linéaires, ceux des étamines externes très larges. Les étamines entourent entièrement le pistil dont le stigmate jaune compte plus de vingt lobes.

Le problème de son nom est qu’il est vernaculaire (ce qui signifie qu’il peut désigner plusieurs espèces très différentes). Avant les années 30, on l’appelait le nénufar (avec un f).

Nenuphar

Nenuphar

  • Il n'y a pas encore de commentaire.