Incroyables cétacés !

()

Vie amoureuse

Et plus si affinité…

 

 

Les cétacés ne sont pas très fidèles en amour et ils aiment multiplier les conquêtes. Pas question cependant de choisir son partenaire au hasard : les femelles savent apprécier les acrobaties, caresses ou chants langoureux de leurs prétendants.
Pour gagner le cœur de la belle, il faut aussi savoir impressionner ou repousser les concurrents. Puis viendra le moment de l’accouplement, quelques secondes seulement, mais répété sans modération.

 

Madame ou Monsieur ?

 

 

Déterminer le sexe d’un cétacé en pleine mer est un exercice particulièrement ardu, même pour un expert !
Pas moyen de trouver des indices du côté des mamelles ou des organes génitaux car ils sont bien cachés à la base du ventre.
Des différences physiques entre mâle et femelle pourraient peut-être nous mettre sur la voie… Malheureusement rares sont les espèces qui comme l’orque, le narval ou la baleine à bec présentent un dimorphisme sexuel facilement observable.

 

Anatomie

 

 

La position de la fente génitale est un signe distinctif entre les deux sexes : chez le mâle, elle est située à mi-chemin entre le nombril et l’anus tandis que, chez la femelle, elle est très proche de la fente anale et se trouve entourée par les deux fentes mammaires.
Le pénis est la plupart du temps à l’intérieur du corps. Ce n’est qu’au moment de l’accouplement qu’il sort de la fente génitale. Celui de la baleine bleue mesure plus de 3 mètres de long !

 

Séduire

 

 

Durant la parade, le mâle baleine à bosse est particulièrement démonstratif. Au programme : coups de queue et de nageoires, chants et bonds spectaculaires !
En période de reproduction, les mâles narvals s’affrontent pour gagner les faveurs des femelles.

 

La naissance

 

Un petit à la fois...

 

La naissance d’un bébé cétacé est toujours un événement car ce n’est pas si fréquent. Baleines et dauphins ont en effet un taux de reproduction faible : ils ont une maturité sexuelle tardive, ne portent généralement qu’un seul petit et doivent attendre un minimum de 2 à 6 ans entre deux mises bas. Après des mois de gestation, 11 en moyenne pour les baleines et davantage chez certains odontocètes, c’est l’heure de la délivrance. Le nouveau-né, qui sort la queue la première, remonte instinctivement à la surface pour respirer mais, s’il a besoin d’aide, maman n’est jamais très loin !

 

Grandir

 

Elevés sous la mer...

 

Difficile de donner naissance à des petits dans l’eau quand on est un mammifère. Pourtant les cétacés ont relevé le défi. Premier challenge ? S’assurer que bébé puisse, dés sa sortie, remonter rapidement en surface pour respirer.
Après avoir pris sa première respiration, le nouveau-né ne tarde pas à goûter le lait très gras de sa maman. Au début de sa vie, ce régime riche lui permet de grandir extrêmement vite. Prendre des forces ne suffit cependant pas à devenir autonome et la survie du petit dépend de sa capacité d’apprentissage. Pendant plusieurs mois, il s’éloignera peu de sa mère et il passera de longues heures à perfectionner ses talents de nageur et de plongeur. C’est également en imitant ses aînés qu’il apprendra les techniques de chasse et qu’il acquerra les codes gestuels et sonores du groupe.

 

Devinettes

 

Quelle quantité de lait le nouveau-né de la baleine bleue boit-il chaque jour ?

 

200 litres, l’équivalent des 850 biberons !
Grâce à ce lait, 9 fois plus gras que le nôtre, le beau bébé de 7 mètres et de 2,5 tonnes prendra chaque jour 80 kg : de quoi doubler sa taille en 6 mois et être paré pour affronter les milliers de kilomètres de migration.

 

  • Il n'y a pas encore de commentaire.