()

25/03/2014

Municipales : les leçons de l'élection

Municipales : les leçons de l'élection

1/ Le parti du président en mauvaise posture

C’était le premier vote depuis l’élection du président François Hollande et celles des députés (en 2012). Le Parti socialiste (PS, à gauche, celui du président) perd plus de voix que prévu au profit de l’UMP (parti opposé, à droite) ou du Front national (parti le plus à droite). Il se trouve en mauvaise posture dans des villes importantes comme Toulouse, Strasbourg ou Marseille.
Pourquoi ? Après deux années au pouvoir, le président Hollande a déçu de nombreux Français. Ceux-ci ont dit leur mécontentement soit en votant pour des partis opposés, soit en refusant de voter.
Il reste une semaine au Parti socialiste pour convaincre ces électeurs d’aller voter pour lui dimanche 30 mars. Pour éviter que la défaite ne se confirme au 2e tour.

2/ La poussée du Front national

C’est le grand vainqueur de ce 1er tour des élections municipales : le Front national (FN). Ce parti dirigé par Marine Le Pen, va pour la première fois exercer le pouvoir dans au moins une ville en France. À Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), Steeve Briois l’a emporté dès le 1er tour. Le FN arrive en tête à Béziers (Hérault), Fréjus et Brignoles (Var), Avignon (Vaucluse), Forbach (Moselle), Perpignan (Pyrénées Orientales)...
On saura le 30 mars combien il gagne de villes exactement.
Comment est-ce arrivé ? Le Front national est un parti que l’on a longtemps qualifié comme étant à l’extrême-droite. Ses adversaires disent que c’est un parti aux idées racistes [qui rejette les étrangers], qui ne respecte pas les principes de la démocratie [où chacun a la parole]. Sa nouvelle dirigeante, Marine Le Pen, a voulu changer l’image de son parti. Les électeurs ont-ils été sensibles aux nouvelles idées du FN, ou ont-ils voté pour punir les autres partis politiques, qui les ont déçus ?

3/ La revanche de l’UMP
L’UMP est le parti de l’ex-président Nicolas Sarkozy. Il est dirigé par Jean-François Copé, qui vient d’être réélu maire de Meaux (Seine-et-Marne) dès le 1er tour. Avec ses amis du centre, l’UMP arrive en tête du 1er tour en France avec 46 % des votes (contre 37 % pour le PS). C’est une revanche, deux ans après sa défaite aux élections de 2012. L’UMP a surtout réussi à déjouer les pronostics dans certaines grandes villes. À Paris, sa candidate Nathalie Kosciusko-Morizet arrive en tête du 1er tour, alors que les sondages la disaient vaincue. Cependant, son adversaire Anne Hidalgo (PS) a une bonne chance de l’emporter au 2nd tour si elle parvient à une alliance avec les Verts (parti écologiste).

 

Actu extraite du Journal des Enfants. Le JDE,hebdomadaire national d’actualité pour les 8-13 ans, a son blog. Les jeunes internautes peuvent s’y exprimer, commenter les articles mis en ligne chaque jour, participer à des jeux. C’est un espace ouvert à tous ceux qui s’intéressent à l’actu !

Elections municipales 2014

Crédit photo : archives L’Alsace

  • Il n'y a pas encore de commentaire.