43
()

25/09/2015

Prix Gulli du Roman 2015 : le gagnant

Prix Gulli du Roman 2015 : le gagnant Jérome Prebois

Prix Gulli du Roman 2015 : le gagnant

Le jury du Prix Gulli du Roman 2015 présidé par Michèle Reiser vient de se réunir. Après avoir délibéré, il a choisi de distinguer « Dans les yeux d’Anouch » de Roland Godel, édité par Gallimard Jeunesse : un livre intense et émouvant. Wazup a assisté pour toi à l'événement
 
Ce joli roman poignant et éducatif raconte le parcours d'Anouch, 13 ans, qui va être déportée avec sa famille hors de Turquie, les épreuves terribles qu'elle va subir, le courage dont elle va devoir faire preuve mais aussi la relation touchante qu'elle va vivre avec Dikran.
Ce livre s'appuie sur l'histoire de la grand-mère arménienne de l'écrivain, Roland Godel, qui a vécu la déportation et a été l'une des rares rescapées. L'auteur nous raconte la naissance de son roman mais aussi la joie qu'il a eue de recevoir ce Prix Gulli du Roman 2015.
 
« De la petite à la grande histoire.
 Ma grand-mère s’appelait Papazian. Elle a marqué mon enfance, mon adolescence et ma jeunesse par son affection chaleureuse, par les plats orientaux qu’elle cuisinait avec amour pour toute la famille et par son rire, qui lui faisait monter les larmes aux yeux. Mais derrière ce rire, il y avait une zone d’ombre. Ma grand-mère avait une histoire. Je le savais depuis tout petit, sans comprendre vraiment de quoi il s’agissait. Il y avait ce mot étrange et inquiétant qui revenait souvent : la déportation.
 Peu à peu, j’ai découvert ce que ma grand-mère avait vécu durant sa propre enfance, comment elle s’était trouvée brutalement emportée dans l’ouragan d’une période tragique de l’histoire. Plus tard, je l’ai encouragée à écrire ses souvenirs, ce qu’elle a fait, remplissant de nombreux feuillets de sa petite écriture nerveuse pour composer un texte précis, foisonnant de détails.
 Dernièrement, en relisant ces notes, j’ai eu envie de donner une nouvelle vie à ce récit extraordinaire en le transmettant à mon tour, sous forme romanesque. Pour que les lecteurs d’aujourd’hui – jeunes ou adultes – puissent découvrir, à travers la « petite »histoire de ma grand-mère, un pan de
la « grande »histoire, celle des événements qui se sont déroulés à partir du printemps 1915 dans l’Empire ottoman, conduisant au premier génocide du XXème siècle.
 Les récits et les souvenirs écrits de la grand-mère constituent donc le fil rouge de ce roman. Les principaux événements et leur enchaînement s’en inspirent fidèlement. Divers documents d’archives m’ont permis de préciser certains points. Le roman se nourrit aussi de nombreux autres témoignages de déportés arméniens survivants qui, tous, racontent à peu près la même histoire. Le reste  - les personnages, les dialogues, les sentiments, les émotions, les amours, c’est de la part ajoutée de l’auteur.
 Ce prix Gulli du Roman me touche particulièrement car c’est un prix populaire, dans tout le bon sens que ce terme peut avoir. Et c’est ce que j’aimerais que l’on dise de mon livre. »
 
 

Le Lauréat

Roland Godel en compagnie d'Antoine de Caunes, de Joyce Jonahtanet de Michèle Reiser la présidente du Prix Gulli du Roman 2015.

  • Il n'y a pas encore de commentaire.