3.420
()

27/05/2015

Roland-Garros : entretien avec un ramasseur de balles

Roland-Garros : entretien avec un ramasseur de balles © Pierre-Olivier Giffard

Pierre-Louis, à gauche sur la photo

Depuis le 24 mai, ils sont 250 à vivre leur rêve : être ramasseur de balles au tournoi de Roland-Garros. Ils côtoient les plus grands noms du tennis mondial.

 

Ils étaient 4 000 au départ. Venus de toute la France, ils espéraient gagner leur billet d’entrée comme ramasseur de balles.

Au final, seuls 250 filles et garçons de 12 à 16 ans, licenciés à la Fédération française de tennis, sont sélectionnés pour les Internationaux de France de tennis, qui se déroulent à Paris jusqu’au 7 juin.

 

Une journée à 300 à l’heure !

Les ramasseurs de balles sont choisis en fonction de leurs capacités physiques, leurs réflexes et leur esprit d’équipe. Leurs journées commencent à 8 h 30, mais ils ne savent jamais à quelle heure ils terminent.

À la fin de la journée, ils sont évalués et seuls les meilleurs peuvent espérer aller jusqu’en finale...

 

L’interview

Pierre-Louis Giffard, 15 ans, est ramasseur de balles. C’est un peu son histoire qui est racontée dans le livre Balles neuves (Éditions Yvelinédition, 15 €).

 

Comment s’est passée ta sélection ?

De toute ma carrière de "ballos" [le surnom des ramasseurs de balles], ça a été le moment le plus stressant que j’ai vécu. Même si je m’y étais préparé, j’ai trouvé cela très dur. J’ai réussi ! Aujourd’hui, c’est ma 4e année.

 

Quelles sont les qualités ?

Il faut être en forme et être attentif, surtout sur le court. Quand on y est pendant 3 semaines, il faut aussi bien gérer son hygiène de vie pour tenir tous les jours (faire des étirements durant les pauses, manger comme il faut, bien récupérer…).

 

Qu’est-ce qui est le plus difficile ?

C’est de ne pas se blesser, sinon l’aventure se finit trop tôt. Comme le terrain est en terre battue, on peut glisser et se faire mal.

 

Quel est ton meilleur souvenir ?

Le match Paul-Henri Matthieu contre John Isner, quand j’ai ramassé pour la 1ère fois en 2012. J’étais super-stressé. Je ne devais pas être sur ce court et j’y tombe comme ça par hasard. J’étais vraiment dans l’ambiance avec les spectateurs. J’avais envie de sauter partout, mais il fallait que je me calme. C’était un super-beau match.

 

Propos recueillis par Edith Alberts

 

Actu extraite du Journal des Enfants. Le JDE, hebdomadaire national d’actualité pour les 8-13 ans, a son blog. Les jeunes internautes peuvent s’y exprimer, commenter les articles mis en ligne chaque jour, participer à des jeux. C’est un espace ouvert à tous ceux qui s’intéressent à l’actu !

 

  • KAPIOUCHKA - 01/06/15

    Rolland Garros j'aime bien mais des fois ça m'énerve un peu

  • nahla7 - 29/05/15

    tros coule

  • zaher69 - 28/05/15

    super intéréssant

  • LisonPouget - 27/05/15

    Ca doit être dur et fatiguant

> Plus de commentaires