Arthur et la vengeance de Maltazard

()

Tout savoir

Arthur et la vengeance de Maltazard

 

Date de pré sortie cinéma : 18 novembre 2009 (Paris, le Grand Rex. Réservez vos places)
Date de sortie nationale : 2 décembre 2009

Réalisé par Luc Besson
Avec Mylène Farmer, Rohff, Fred Testot...

 

 

Arthur est au comble de l’excitation : c’est aujourd’hui la fin du dixième cycle de la Lune et il va enfin pouvoir regagner le monde des Minimoys pour y retrouver Sélénia.


Dans le village, tout est prêt pour l’accueillir : un grand banquet a été organisé en son honneur et la petite princesse a passé sa robe en pétales de roses…

C’est sans compter le père d’Arthur, qui choisit précisément ce jour tant attendu pour quitter plus tôt que prévu la maison de sa grand-mère. Au moment du départ, une araignée dépose dans les mains du jeune garçon un grain de riz sur lequel est gravé un message de détresse.
Pas de doute, Sélénia est en danger et Arthur n’a plus qu’une idée en tête : voler à son secours ! Quitte à employer un passage de fortune, tomber tête la première dans le bar de Max, se heurter aux troupes de Kröb, le nouveau tyran des Sept Terres, secourir Bétamèche, combattre des rats, des grenouilles, des araignées velues… et découvrir, une fois arrivé au village des Mimimoys, qu’aucun message de secours ne lui a été envoyé !
Mais qui donc a bien pu piéger ainsi notre jeune héros ?

 

Making off

 

Le deuxième opus d'Arthur et les minimoys a nécessité, comme le 1er épisode, un tournage "live" avec des comédiens, et une production 3D. Cette dernière consiste à créer les images et les effets spéciaux en 3D. Elle a été supervisée par Pierre Buffin au sein d'une société française : BUF.

 

Les grandes étapes de la réalisation :

L’écriture du scénario :
« Comme pour le premier volet, Luc Besson s’est largement appuyé sur les ouvrages
qu’il avait précédemment écrits. Arthur et la vengeance de Maltazard correspond
ainsi au tome 3 de la série et Arthur et la guerre des deux mondes au tome 4 »

Le tournage du « live » :
« La préparation s’est révélée très rapide malgré l’ampleur des nouveaux décors crées par Hugues Tissandier et son équipe : une ville entière du Connecticut dans les années 60, avec sa mairie, sa caserne de pompiers, son cinéma, son commissariat, un supermarché, un restaurant, des boutiques… Cette suite a également demandé un impressionnant casting animalier: ours, loups, biches, sangliers, écureuils, souris,
hiboux, fouines… Au total, trois mois de tournage en Normandie, avec une météo pas toujours au rendez-vous ! Heureusement, nous avions prévu un mini-studio sur place, si bien que nous avons réussi à jongler avec le planning et tenir les délais d’un plan de travail gigantesque ! »

Le tournage de la comédie de référence en VMC :
(VMC, Video Motion Capture)

« Fort de l’expérience du premier film, Luc Besson a poussé les comédiens de référence plus loin, pour un résultat en 3D encore plus naturel, plus fluide et plus dynamique.»

 

Le storyboard :
« C’est Antoine Audagiori, qui avait déjà travaillé sur une partie du premier épisode,
qui a réalisé le storyboard des deux suites. Concrètement, il travaillait directement sur le plateau des VMC, dessinant au fur et à mesure les plans tournés par Luc Besson.
Ces planches de storyboard étaient ensuite transmises à l’équipe des dessinateurs, qui s’en servaient pour créer les nouveaux personnages. »

 

La 2D / les maquettes :
« La même équipe a repris le travail sur le deuxième épisode des aventures d’Arthur :
un groupe de cinq dessinateurs qui ont grandi avec le film et établi une réelle complicité
avec Luc Besson. Ils ont manifestement pris énormément de plaisir à travailler sur les nouveaux personnages : Miss Perla, le Mono Cyclop, Replay et Snow (les cousins de Max), la Cocci-Max, l’aspirosée, Jungo… qui contribuent tous à rendre l’univers d’Arthur encore plus riche et plus ludique. Même chose pour les incroyables décors de Paradise Alley – entre Pigalle et Melrose du côté des références - pour lesquels Luc a demandé aux dessinateurs de reproduire une ville faite tout entière de récupération d’éléments à l’échelle minimoy (boîtes de conserve, épingles à nourrice, lampes, boutons, pailles, allumettes…), le tout baigné d’un éclairage digne de Las Vegas ! Après validation des dessins, c’est Hugues Tissandier et son équipe qui se sont chargés de réaliser le « vrai » décor de Paradise Alley : une maquette longue de 17 mètres ! »

 

La 3D
« Forts de l’ensemble de ces éléments, les graphistes 3D ont une nouvelle fois donné
vie à l’univers minimoy. Particularité de cette suite : des allers et retours incessants entre le monde sous terrain et le jardin d’Arthur, qui ont également supposé un gros travail de full 3D. »

L’enregistrement des voix :
« Les techniciens de BUF Cie assistaient aux enregistrements - qu’ils filmaient à l’aide
de quatre caméras - pour compléter leur banque de données et optimiser l’animation des visages et lèvres des personnages en 3D. »

 

  • Il n'y a pas encore de commentaire.

Tout savoir sur Arthur et la vengeance de Maltazard